La légende de la pierre ou le faix du diable

Cet énorme bloc de quartz, situé en amont du Hottonruy, reste là comme témoin de la nouvelle tentative de Satan pour anéantir l'église de Stavelot.

   

La veille du jour où devait avoir lieu la dédicace de l'église construite par Saint Remacle, le diable projeta de lancer sur le toit une grosse pierre dans le but de détruire les moines et l'édifice.

Saint Remacle, averti par un ange, fit remplir un sac de vieux souliers et le chargea sur les épaules d'un de ses disciples qu'il envoya à la rencontre de Satan (d'après certaines versions, Saint Remacle lui-même y alla, d'après d'autres, ce fut frère Antoine, portier de l'abbaye).

Et la conversation s'engagea au sommet d'une forte côte, où le diable venait d'arriver :
- Camarade, dit le diable, l'abbaye de Stavelot se trouve-t-elle loin d'ici ?
Le moine vidant son sac sur la route répondit :
- Voilà des souliers que j'ai usés depuis mon départ de Stavelot. Et le diable, découragé, fit entendre un horrible blasphème, abandonna la pierre et s'enfuit.


Le "faix du diable" serait resté où il était tombé. D'après une autre version, le diable brandit la pierre et la rejeta au loin. Elle se brisa en trois morceaux : celui de Wanne, un autre à Walk (Waimes) et le troisième à Reichenstein, près de Montjoie.

Infos historiques : Voir le Fonds régional.

E-mail : mva@stavelot.be